samedi 12 décembre 2015

Bouteille sensorielle de Noël


Parmi les jeux qui fonctionnent le mieux à la maison, il y a les bouteilles sensorielles (même si je n'ai plus de tout petits bébés à la maison, ça reste une valeur sûre). Pour que l'intérêt soit renouvelé régulièrement, j'en propose une nouvelle de temps en temps. La dernière en date est adaptée à l'actualité puisque nous l'avons réalisée sur le thème de Noël. 

Je dis nous parce qu'en fait, ce sont les enfants qui l'ont réalisée. C'est donc devenu une activité de motricité fine à part entière.

Les éléments ont été choisis pour correspondre au thème : des petites boules pailletées très douces, des boules de coton encore plus douces, des perles argentées, un petit lutin  

On était censé faire l'activité une fois puis coller le bouchon, mais à vrai dire comme ça leur plaît vraiment, nous la vidons et recommençons notre travail presque quotidiennement.

Je pense la conserver comme cela durant toute cette période de fêtes. Elle ne prendra son véritable rôle de bouteille sensorielle que l'année prochaine et servira donc pour le prochain bébé que nous accueillerons.






samedi 21 novembre 2015

Que s'est-il passé en octobre chez Nounou Cathy ?

Nous sommes bientôt en décembre et j'ai presque un petit mois de retard ! A vrai dire, j'avais prévu de faire cet article le week end dernier mais le 13 novembre, il y a eu l'horreur des attentats de Paris, puis la sidération qui va avec. Je commencerais donc cet article en ayant une pensée pour les victimes et leurs familles et par vous laisser méditer sur cette citation de Maria Montessori : 



Je viens donc avec ce petit retard vous présenter ce que l'on a fait au mois d'octobre dernier. Oh, ne vous attendez pas à des merveilles ou des idées lumineuses. Il s'agit juste d'un petit résumé de notre quotidien destiné d'abord à mes employeurs actuels (afin qu'ils puissent garder une trace des moments passés ici), à mes futurs employeurs qui chercheraient à mieux se rendre compte du type d'accueil que je propose, à toute personne qui serait intéressée par le métier d'assistante maternelle.

Tout d'abord, j'ai une grande nouvelle à vous apprendre : je n'ai plus de razmokets à la maison ! En effet mes petits "quatre-patteurs" ont profité de ce mois d'octobre pour devenir progressivement bipèdes (tous les deux en même temps à quelques jours près). 

De ce fait, si l'activité "caisse à balles" que je vous présentais le mois dernier est restée encore une valeur sûre tout le mois, elle a largement été supplantée par l'activité "course de tabourets de nos amis suédois". C'est devenu obsessionnel même ! A chaque fois qu'un bébé en est au dernier stade de sa quête de la verticalité, je me pose la question de l'achat d'un chariot de marche et à chaque fois, les bébés sont plus rapides que mon pouvoir de décision quant à cet achat et me prouvent qu'ils savent très bien se débrouiller seuls avec ce qu'ils ont sous la main, en l’occurrence ça : 


A l'envers, à l'endroit, à vide ou avec un jouet ou un doudou posé sur l'assise, ils se promènent dans tout l'appartement. Au départ avec application, c'est désormais en courant et criant comme des supporters de foot qu'ils font le tour de la table. Par compassion pour mes voisins du dessous j'ai équipé les tabourets de patins de feutres et j'étudie la possibilité d'accrocher une serpillière sur l'assise pour joindre l'utile à l'agréable.  


Tout cela a laissé peu de place aux autres activités. Apprendre à marcher, ça occupe déjà pas mal ! Nous avons tout de même continué nos activités de transvasement. Nos bassines contiennent désormais des fèves et des marrons mais aussi des glands et tous les petits trésors que l'on a ramassés lors de nos balades. Nous avons parfois délocalisé l'activité dans la cour de l'immeuble pour profiter encore un peu de l'extérieur et s'amuser avec les feuilles qui tombaient abondamment du platane.


Dans ces activités, j'ai aussi rajouté une bassine de semoule qui plaît aussi bien aux petits qu'aux grands. L'activité "cabane improvisée" sous la table est aussi l'une des activités qu'ils ont plaisir à faire ensemble.


Nous avons aussi fait de la peinture (pour les grands seulement pour l'instant). Si la plupart du temps ces séances sont complètement "libres" nous avons quand même réalisé quelques bricolages en lien avec la saison.


Citrouille sur carton 

Pour Halloween : une maman corbeau réalisée sur une base
 de rouleau de papier wc et son bébé en bouchon de champagne 

Côté promenade nous avons été visiter à deux reprises le parc de la Tête d'or. C'est une balade qui nous prend la demi-journée : on part en tramway, on va voir les cerfs, les tortues, les canards, les pélicans, les singes, les zèbres quand on a de la chance, les girafes et on finit par un petit temps à l'aire de jeux. On rentre en bus, juste à temps pour manger et pour faire une sieste bien méritée. Un de mes petits demi-pensionnaires n'a pas encore pu bénéficier de cette sortie (par mesure de sécurité je ne prends les transports en commun que lorsque je n'accueille que 2 enfants voire 1). Malheureusement je ne pense pas qu'il pourra en bénéficier tout de suite : si les attentats de la semaine dernière ne vont rien changer à ma vie personnelle, je ne me sens pas de faire courir le moindre risque aux enfants que j'accueille en leur faisant prendre le métro ou  traverser la gare  de la Part Dieu par exemple. 



J'ai aussi testé une sortie au musée avec mon périscolaire. A la faveur d'une journée où je n'accueillais que lui, nous avons été visiter le musée des Beaux Arts. Je n'étais pas sûre que ça lui plaise, mais j'ai tenté le pari. Pari réussi : il a bien aimé les sculptures avec une préférence pour le lion au serpent d'Antoine Louis Barye, ainsi que les antiquités. 



Bon du coup, on va se retrouver très vite pour parler des activités de novembre. C'est l'avantage !  A bientôt donc ! 














   

dimanche 11 octobre 2015

Que s'est-il passé en septembre chez Nounou Cathy

Oui, j'en conviens, j'avais promis de venir plus régulièrement vous présenter mon travail, notamment pour vous montrer mes jouets "high tech", mais comme vous avez pu le remarquer... j'ai été un peu prise par le temps ! 

Je vais donc faire un post fourre-tout dans lequel je vais vous raconter comment mes demi-pensionnaires ont occupé leurs journées pendant tout le mois de septembre. 

Tout d'abord, nous avons accueilli notre dernier copain, arrivé en tout début de mois, pour qui l'adaptation s'est bien déroulée. 

C'est donc désormais officiel : notre équipe est complète. Les prochaines places disponibles sont à prévoir pour juillet 2016, enfin jusqu'à preuve du contraire, contraire qui peut très vite arriver dans notre profession (si vous cherchez la sécurité de l'emploi oubliez ce métier tout de suite !). 

Ceci dit, revenons au déroulement de nos journées. Je disais donc que cette nouvelle adaptation s'était bien passée. Il faut dire qu'avant l'accueil, j'avais pris soin de bien réviser ce que j'avais appris lors des soirées Pikler (voir le compte-rendu de la soirée concernant l'enfant dans sa troisième année). Notamment, j'ai fait très attention à préserver ce grand garçon de 2ans 1/2 des assauts de mes deux petits razmokets. Il est en effet important qu'il puisse aller au bout de ses projets quand il joue.

Le mois de septembre a été plutôt ensoleillé. Après un moment de jeu libre et un temps chansons (plus ou moins long selon l'humeur), nous avons donc la plupart du temps fini les matinées dans les différents parcs du quartier. Nous avons aussi repris notre abonnement à la bibliothèque ainsi que notre adhésion au Relais. 

Comme je vous l'avais annoncé dans un précédent article vous présentant mes projets, nous nous sommes mis au jardinage. Oh pour l'instant notre activité jardinage est très sommaire. D'abord je ne crois pas que ce soit la saison idéale pour les plantations (enfin j'en sais trop rien en fait, je suis novice en la matière). 

Pour les petits, je leur ai juste proposé un pot en terre cuite, de la terre et des cuillères afin qu'ils touillent à volonté. 

Pour les plus grands je me suis procurée chez Lidl un kit de jardinage pour fleurs. Je n'étais pas sûre que ça marche mais pour le prix (1 euro et quelques) je ne prenais pas de risques. Le kit se compose de 4 petits sacs avec dans le fond, un carré de substrat de coco de 1 cm de hauteur, tout sec, qui se transforme comme par magie (si si par magie je vous dis) en une quinzaine de centimètres de terre, prête à recevoir les graines quand on y ajoute de l'eau. Nous avons fait nos plantations et (Miracle !) après quelques jours, nous avons vu apparaître nos premières petites pousses. Bon pour dire la vérité, seul le tournesol a germé pour l'instant, mais nous avons bon espoir ! 





Côté activités dirigées, nous étions sur la manipulation et le transvasement de fèves et de marrons. L'activité coton-tige a beaucoup de succès. J'ai été amusée de voir que l'animatrice du relais proposait sensiblement la même chose lors du temps commun auquel nous avons participé. Pour les plus grands quelques séances de sable de lune et de boue magique ont aussi été au programme.






Lors des séances de jeu et de motricité libre, ce sont mes jouets "high tech" qui remporte la palme de l'utilisation la plus fréquente ! Vous vous doutez bien je suppose, qu'il ne s'agit pas d'un Ipad pour transat, d'un jeu bourré d'électronique, ou d'un youpala doté d'un "son et lumière" intégré. Non, la haute technologie, il faut la chercher dans l'utilisation que font les enfants des jeux simples que je propose.

Il y a d'abord les bouteilles sensorielles. Vous les connaissez tous ! Mon petit truc en plus : les adapter aux saisons (la dernière créée contient des noisettes et une feuille de chêne).



Il y a aussi les objets du quotidien : bouteilles de shampoing, vides et rincées je précise (cette précision n'est pas inutile : j'ai vu en crèche des "professionnelles" proposer aux enfants des bouteilles non rincées), éponges, petites brosses à cheveux, cuillères en inox......



Il y a aussi et surtout les bouchons ! Avec ça, je prépare carrément des futurs mathématiciens! Si si ! Si les petits commencent simplement par les manipuler (c'est facile grâce au bord du couvercle que l'on peut bien attraper) et les taper contre toutes sortes de matières pour vérifier le bruit que cela produit, très vite leur jeu devient plus complexe et il faut les voir essayant de retrouver les paires (car j'en propose toujours 2 exemplaires de chaque modèle), ou de vérifier si celui-ci rentre dans celui-là et inversement. Et oui, ils font donc des mathématiques !  Les plus grands s'en servent aussi, mais pour eux, ces bouchons se transforment souvent en assiettes pour la dînette.



Mais la palme d'or du mois, je dois la décerner sans contestation possible, à mon installation de caisse à balles qui a fait l'unanimité ! Sur le mois, elle doit bien comptabiliser des heures et des heures d'utilisation ! C'est une caisse en osier recouvert d'un drap pour que les enfants ne se blessent pas. Au fond de la caisse j'ai mis un coussin et les balles que petits et grands s'amusent à lancer jusqu'à ce qu'il n'en reste plus une à l'intérieur. Pour que les plus petits y accèdent, j'ai installé devant, mon step Décathlon. Mon projet pour le mois à venir, c'est d'améliorer la chose pour en faire une vraie grande structure de motricité. 



Ah j'allais oublier : il y a eu aussi nos premiers bricolages d'automne notamment une citrouille. L'artiste avait pour mission de coller les gommettes à l'intérieur de la citrouille en choisissant uniquement des couleurs d'automne. 


Voila pour nos activités de septembre. J'espère vous retrouver avant le mois de novembre !  A bientôt ! 

lundi 14 septembre 2015

Transmissions Nounou/Parents version 2015

Un petit passage par le blog pour vous présenter la nouvelle fiche d'observation qui me sert à transmettre les infos de la journée aux parents. Pour les personnes qui me connaissent déjà, ce ne sera pas une grosse découverte puisque la première version avait déjà été présentée sur ce blog.

Cette nouvelle version comporte, en fait, peu de changement :

  • un découpage par demi-heure dans la réglette pour plus de précision
  • une amplitude horaire plus importante
  • des cases plus précises pour la description de la journée
  • la suppression des icônes représentant l'humeur que je ne trouvais finalement pas très judicieuses
Le fonctionnement n'a pas changé. Il suffit de remplir la réglette à l'aide du code couleur fourni sur la fiche. Pour plus de précision vous pouvez toujours aller consulter l'article concernant la première version : 


Cette fiche est téléchargeable sur le site principal à la rubrique documents de travail sous le titre 


L'ancienne version est bien évidemment toujours en ligne ainsi que beaucoup d'autres documents.

samedi 22 août 2015

Quelques nouvelles quand même !

Hou ! Et ben dites ! Ça fait un bail que je n'ai pas posté ! Faut dire qu'avec tous ces événements je n'ai pas eu de vacances alors j'ai éprouvé le besoin d'accorder des congés à mes bébés virtuels à défaut d'en avoir eu moi-même ! 

Histoire de s'y remettre doucement, je viens vous donner quelques nouvelles du front ! J'ai bien repris mon activité, tout en douceur malgré l'arrivée en urgence d'un petit troll pas prévu. J'en profite d'ailleurs pour vous dire que sauf changement de dernière minute, je n'ai plus de place disponible (un tout petit créneau pour les lundis mis à part).

J'ai réinstallé mon espace de travail. Mes anciens employeurs ne reconnaîtraient plus rien car j'ai totalement changé ma disposition.



Je repars donc sur de nouvelles bases avec un nouveau matériel. J'ai réinvesti dans une poussette simple. J'ai arrêté mon choix sur un modèle de chez Verbaudet (non, ce billet n'est pas sponsorisé) pour une raison très simple : dans des prix abordables (c'était les soldes en plus) c'est le seul modèle que j'ai trouvé sur lequel on pouvait installer le bébé face à la personne qui pousse et non pas face à la route. Il me semble en effet important que l'enfant puisse toujours avoir un oeil sur la personne référente  afin de se sentir sécurisé. Il est admis que le portage face au monde n'est pas conseillé dans un porte-bébé, il en est de même avec les poussettes. Cela m'a paru d'autant plus important que j'accueille un petit razmoket qui ne savait pas ce qu'était une poussette avant d'arriver chez moi. 

Photo Verbaudet


J'ai aussi investi dans un système de portage. On ne peut pas proposer un accueil "maternant" sans avoir à la maison un porte-bébé digne de ce nom. En 12 années d'expérience, j'en avais testé quelques-uns, de la simple écharpe au Babybjorn (personne n'est parfait). Mon choix s'est porté sur un porte-bébé asiatique que j'ai acheté chez Symbioza (non non toujours pas sponsorisé le billet) :

Non ce n'est pas moi mais c'est bien le Mei Tai que j'ai choisi
Photo : Symbioza
Très pratique, je peux porter des heures (bon ... des minutes d'accord) malgré mon vieux dos en compote. Je me demande comment j'ai pu faire sans ! Pouvoir souffler ne serait-ce qu'une demi-heure en portant un bébé dans le dos quand celui-ci vous demande une attention de tous les instants, ça vous change la journée ! 

Sinon, la vie a repris son court : nous avons réinvesti les parcs du quartier avec quelques surprises. Certains ont été recouverts d'un revêtement qui réduit les possibilités de jeux ! Avec quoi on joue au "chantier" si on nous enlève tous les cailloux et tous les graviers hein ? Alors ? Les petits trampolines du parc Bazin ont disparu eux aussi. Dommage ! 

A la maison, j'avais gardé la plupart des jouets donc il n'y a pas trop de changement de ce côté là. Enfin si quand même, j'ai jeté tous les vieux jeux que je gardais juste par habitude mais qui n'étaient pas très "Pikler". Je suis quand même aller faire un petit tour chez Nature et découvertes, notamment pour découvrir leur gamme "Montessori" qui n'en était qu'à son début quand j'ai arrêté mon activité (non non toujours pas sponsorisé).

Je propose aussi aux enfants quelques jeux "high tec" que je vous présenterai dans un prochain article. Je remercie aussi la maman d'un de mes petits razmokets qui nous a fait cadeau d'un joli porteur.



Côté activités, J'ai installé en libre accès, des petits espaces de jeux thématiques : la ferme, le chantier..... 




On s'est même remis au bricolage avec la réalisation du petit aquarium que je vous ai déjà présenté plusieurs fois. La version de cette année est agrémentée d'un homard car c'est la vedette du livre "Animaux des mers" qui plaît énormément au petit artiste qui a réalisé cette oeuvre.



Voila pour les nouvelles fraîches : j'espère être un peu plus régulière sur la tenue de ce blog dans les semaines à venir. Sachez tout de même qu'un nouveau petit troll pointe le bout de son nez la semaine prochaine et qu'en général, les adaptations monopolisent mon énergie pendant quelques temps et me coupent l'envie de m'épancher sur le net. A bientôt donc ! 

dimanche 24 mai 2015

Mes idées pour l'année prochaine



Voila, dans un mois, mon escapade au pays de l'accueil collectif va prendre fin. Il est grand temps ! Pour tout vous dire je fais des cauchemars de guerre mondiale dans lesquelles je dois cacher des bébés pour les sauver des tortionnaires... 

Je commence à mettre en place de nouveaux projets. Pour l'instant, j'en ai 3 en tête qui constitueront une sorte de leitmotiv pour l'année à venir. 



Le premier est la création d'un jardin pédagogique.

J'habite en immeuble mais j'ai la chance d'avoir accès à une cour attenante avec tout ce qu'il faut pour s'adonner au jardinage. Si jusque là, nous en profitions beaucoup pour aller jouer, il ne m'est jamais venu à l'idée de faire jardiner les enfants (sauf si on considère qu'aller arroser les framboises plantées par les voisins, pour avoir bonne conscience quand on va les picorer directement sur le buisson à l'heure du goûter, c'est déjà du jardinage). C'est une erreur qu'il me tarde de corriger. Dans l'idée, nous allons créer un petit potager en jardinière pour plus de simplicité et celui-ci pourra être le support d'autres activités tout au long de l'année. J'ai déjà quelques idées en tête mais je ménage le suspens !



Le deuxième est la fabrication d'une nappe-cabane, dans le style de celles présentées par  ma collègue Marie Noëlle Lorenzi ICI ou comme je vous en avais parlé moi-même ICI.

Je sais que la cabane c'est une valeur sûre pour tous les enfants : j'en avais d'ailleurs quelques unes mais je les ai toutes jetées car les pauvres avaient fait leur temps. Je vais sans doute en racheter une pour le jardin mais pour la maison je compte bien me lancer dans un DIY et en créer une aux dimensions de ma table. Oui je suis consciente qu'un simple drap ferait bien l'affaire (d'ailleurs c'est bien ce que l'on fera dans un premier temps) mais permettez-moi ce petit plaisir personnel que je ne manquerai pas de vous présenter quand il aura pris forme (bon faudra peut-être se montrer un peu patient). 



Le troisième et sans doute le plus important est la création de valises pédagogiques.

La valise pédagogique est un outil de travail qui permet d'aborder un thème précis avec les enfants. Je vous avais déjà présenté celles de l'association Une souris verte qui abordent le thème de la différence et du handicap. Cette année, les miennes auront pour thème les saisons. Nous commencerons par celle de l'automne. Elle contiendra des livres, des jeux, mais aussi des idées d'activités ou de sortie ou de recettes en rapport avec le thème. Dans mes rêves les plus fous, ces valises circuleront ensuite chez les assistantes maternelles du secteur qui pourront les emprunter pour quelques jours ou semaines. Et soyons encore plus fous, ce serait super chouette si à terme, ces valises à thème étaient créées directement en association avec d'autres assistantes maternelles. On se rencontre, on choisit un thème. On décide quoi mettre à l'intérieur et on fait tourner le résultat. 



Pourquoi je vous raconte tout ça ? Et bien déjà pour moi ! Pour en laisser une trace et ne pas perdre mes idées en cours d'accueil happée par le quotidien, mais aussi pour que vous m'aidiez à réaliser tout cela ! J'ai besoin de conseils pour la réalisation de tous ces projets. Des conseils tous azimuts : aussi bien pour l'achat d'une machine à coudre (pas chère mais performante), pour démarrer dans le jardinage avec les enfants ou que sais-je encore. Bref, si vous avez des liens ou des conseils à me proposer sur tous les thèmes abordés dans cet article je suis preneuse ! D'avance merci, cher(e)s collègues ! 


mardi 31 mars 2015

Je suis venue, j'ai vu, j'ai mouru !


Edit du 9 août : plus qu'une petite place pour les lundis 

Cela fait maintenant 7 mois que j'ai abandonné mon métier d'assistante maternelle pour devenir auxiliaire dans une crèche d'entreprise. De cette expérience, je ne peux pas trop en parler parce que je suis sympa et surtout parce qu'une clause de mon contrat m'en empêche. Sachez simplement que je jette l'éponge et que je serai très prochainement disponible pour accueillir de nouveaux enfants à mon domicile. 


Si vous êtes du côté de Montchat et que vous cherchez une assistante maternelle, sachez que j'ai donc 3 places disponibles pour des petits qui pratiqueront la motricité libre, à qui il sera proposé des activités du type Montessori, et qui seront traités avec bienveillance et respect. 

Si la présence d'animaux dans la maison ne vous rebute pas (2 chats et un cochon d'inde), si vous avez envie qu'il soit proposé à vos enfants des sorties au parc ou au jardin dès que le temps le permet, si Pikler vous parle où si vous voulez découvrir ce que peut être un accueil "à la Pikler" je vous attends sur nounoucathy@live.fr ou au 06 10 86 02 85. Pour  en savoir plus sur le mode d'accueil que je propose, allez farfouiller sur le blog, vous y découvrirez ma façon de travailler. 

A bientôt ! 


dimanche 8 mars 2015

Miriam Rasse : La transmission aux parents





Le 20 novembre dernier, j'ai eu le plaisir d'assister à la rencontre de novembre des assistantes maternelles organisée par le groupe lyonnais de l'association Pikler Loczy de France pour une réflexion sur l'enfant. Ces soirées débats créées spécialement pour un public d'assistants maternels mais ouvertes à tous, professionnels de la petite enfance ou parents, se déroulent chaque année à la même époque, sur un thème à chaque fois renouvelé.

Cette année, la réunion portait sur les transmissions aux parents, avec aux commandes, Miriam Rasse en personne, directrice de l'association mais aussi psychologue en crèche.



Les relations avec les parents : 


En préambule à son intervention, Miriam Rasse a tenu à rappeler quelques éléments concernant les relations avec les parents. En effet, ce ne sont pas des relations très simples car elles comprennent de nombreux facteurs et de nombreux enjeux. Elles commencent pendant la période d'adaptation qu'il ne faut surtout pas négliger. On est souvent tenté de l'écourter or il faut au contraire prendre du temps car c'est à ce moment que se construisent les bases des relations futures. Durant cette période, il faut définir le cadre de l'accueil. Plus il sera défini précisément, plus on pourra par la suite s'y référer. On doit bien sûr rappeler les termes du contrat, mais aussi parler de la place de l'enfant au domicile de l'assistant maternel : les pièces privées et celles du travail ; on parlera aussi de l'organisation de la journée. Il faut toujours garder en tête que les parents nous confient leur "bien" le plus précieux. Ils veulent le protéger et ils ont des craintes. Saurez-vous bien vous occuper de leur enfant ? La confiance est quelque chose qui se construit et les transmissions au quotidien ont une place importante dans l'instauration de cette confiance. Il faut des preuves concrètes pour qu'ils aient confiance.

D'autre part, ils ont aussi des craintes par rapport aux relations que l'enfant va construire avec vous. Ils sont contents que l'enfant soit bien mais ils craignent que l'assistante maternelle prenne trop d'importance. Parfois ils interprètent certaines situations dans ce sens comme par exemple quand l'enfant ne veut pas partir le soir.

Très vite, ils peut y avoir des phénomènes de rivalités, de compétition : on se compare. Qui est le meilleur ? Or pour de bonnes relations, il faut essayer de ne pas entrer en rivalité. Nous ne sommes pas à la même place : les parents sont là pour toute la vie alors que nous, nous n'intervenons que quelques années tout au plus.

Notre rôle est de conforter les parents dans leur place et dans leur relation avec leur enfant. Il faut ainsi valoriser ce que les parents apportent, leur dire par exemple que si l'enfant profite bien de sa journée chez vous c'est parce que le parent a su donner la confiance nécessaire, sa sécurité est déjà construite. Cela conforte les parents dans leur importance. Nous, assistant maternels, sommes à une autre place, à une fonction complémentaire mais non équivalente. On ne remplace pas : on prend soin de l'enfant en l'absence de ses parents. C'est une fonction d'accueil. On accueille l'enfant comme il est, mais aussi les parents. Même absents, les enfants portent leurs parents à l'intérieur d'eux.

On peut être tenté de penser, quand l'enfant n'a pas le même comportement avec les parents qu'avec nous, que l'on fait mieux qu'eux. Or ce n'est pas le cas. C'est simplement parce que la relations avec les parents et avec nous, n'est pas la même. Et de la vient la différence : nous ne sommes pas touchés de la même façon et il est bien plus simple de mettre des règles avec les enfants des autres qu'avec nos propres enfants. C'est pour cette raison que les enfants ont des comportements différents. D'ailleurs on peut penser que si un enfant se comporte trop sagement, c'est peut être qu'il n'est pas sûr de la relation qu'il a avec l'assistant maternel. Si il commence à s'opposer, c'est qu'il est peut-être en confiance. Lors des retrouvailles le soir, l'enfant sait que si il pousse les limites il aura peut-être ce qu'il veut. Il a appris que ce qui le lie à ses parents est tellement fort que ça ne sera pas remis en cause par son comportement. C'est là qu'il faut expliquer la situation aux parents et dire que c'est normal : quand les enfants s'opposent, c'est parce qu'ils les aiment.

Il ne faut pas oublier non plus que tous les jours, l'enfant doit vivre la séparation. Il va donc falloir qu'il mette en place des choses pour ne pas être trop triste.

Alors quel comportement adopter ? Il faut se retenir de donner des conseils aux parents. C'est important qu'ils trouvent leur propre chemin car il n'y a pas une seule façon de bien s'occuper d'un enfant. Nous ne sommes pas là pour conseiller le parents mais pour lui transmettre tout ce qu'on a pu constater des capacités de son enfant.

Ne pas transmettre des conseils mais des connaissances 

C'est une façon de les valoriser. Sur la question des règles et limites, nous devons insister sur la régularité et essayer qu'il n'y ai pas trop de règles mais qu'elles soient toujours les mêmes. 

Il faut garder en mémoire que pour le parent aussi, il faut qu'il se sépare tous les jours et que ce n'est pas toujours un choix Il est difficile même pour ceux qui choisissent la situation de se séparer de son enfant surtout quand il est tout petit. Quand il arrive chez nous, ça ne fait parfois que 3 mois qu'ils se connaissent. C'est très peu ! On commence à peine à se connaître qu'il faut se séparer. C'est une relation en construction et comme tout ce qui est en construction c'est vulnérable et fragile donc il faut en prendre soin. 

Le professionnel doit prendre soin de la relation parents-enfant

Il ne faut pas juger le parent qui est le phare pour l'enfant. On ne doit pas y toucher. Aucun parent ne fait exprès de faire mal. Il fait ce qu'il peut. Il faut veiller à ne pas attaquer cette relation. Le parent a besoin d'être accueilli tel qu'il est, ce qui ne veut pas dire que l'on doit accepter tout (on doit poser des règles). Accueillir n'est pas accepter. On entend ce qu'ils ont à dire sans être obligé de se plier à toutes leurs exigences. 

Avant 3 ans, un enfant n'est pas prêt pour se séparer de sa famille. Ses parents sont sa sécurité fondamentale et il ne peut pas les faire exister quand ils ne sont pas là. Même si on lui dit tous les jours que les parents reviennent, il n'en est pas tout à fait sûr (voir Piaget : la permanence de l'objet car ce qui est vrai pour les jouets l'est aussi pour les personnes).

Notre travail c'est alors de pouvoir parler à l'enfant de ses parents pour les rendre présents. On peut par exemple parler à l'enfant des transmissions des parents : "tu as l'air d'avoir faim, c'est vrai que maman m'a dit que tu n'avais pas bien mangé ce matin" De même, quand l'enfant dit maman au cours de la journée au lieu de lui dire "je ne suis pas maman" on peut très bien lui dire "tu penses à ta maman" et relater les faits aux parents : " votre enfant pense souvent à vous". 

Le fait que le parent soit aussi notre employeur ne simplifie pas les choses. On parle au parent mais aussi à l'employeur : on est obligé de monnayer la relation. 

Les transmissions du matin :

Les transmissions sont importantes et cela nécessite du temps. Comme c'est important, il ne faut pas les faire n'importe comment, éviter de les faire sur le pas de la porte ou devant l'école. Elles ont une fonction principale : la continuité. Elles relient des vécus différents. Les deux mondes sont totalement différents et il est important d'aider l'enfant à relier ces expériences différentes. Il est en train de construire son identité (qui je suis). Il ne se connaît pas lui-même. Il ne commencera à se comprendre que quand il dira JE (vers 2 ans 1/2, 3 ans). Il faut qu'il sente qu'il est toujours lui, chez ses parents ou chez l'assistant maternel. Mais relier des expériences différentes ne veut pas dire faire pareil. Prenons par exemple le sujet de l'acquisition de la propreté. Parfois les parents décident que leur enfant ne doit plus porter de couches à la maison et vous demandent d'en faire autant chez vous. Vous, vous savez qu'à votre domicile il n'est pas prêt. Vous pouvez très bien leur faire comprendre que chez vous, il en a encore besoin et que de ce fait, vous continuerez à lui en mettre avec leur accord pendant quelques temps. Ainsi, en cours de journée, vous pourrez dire à l'enfant : "je sais qu'à la maison tu ne mets plus de couches mais ici, tu en as encore besoin et je sais que tes parents sont d'accord." La continuité n'est ainsi pas rompue. 

Mais de quoi a-t-on besoin pour assurer la continuité justement ? Et bien, nous avons besoin de tout ce qui nous aide à décoder le comportement de l'enfant pendant la journée. Un petit enfant est capable d'exprimer ce dont il a besoin par son comportement. Il parle avec son corps. Il s'agit donc de décoder ce qu'il nous dit. Plus les parents nous donnent d'informations plus l'enfant se sentira compris, pris en compte. A-t-il bien dormi, bien mangé, est-il malade ? Y'a-t-il eu des incidents lorsque l'enfant a été préparé le matin qui auraient pu le mettre en colère ? 

Il y a toutefois des événements qu'il est bon de connaître mais dont on n'a pas besoin d'apprendre les détails : problèmes de couples tels que les divorces, disputes ou autres problèmes familiaux. Nous devons être capables d'arrêter les parents quand ils nous en disent trop en leur faisant remarquer que nous ne sommes pas les bonnes personnes pour accueillir ces confidences. Il faut garder une distance et toujours se demander si nous avons besoin de savoir ce que le parent est en train de nous dire. Nous ne sommes pas là pour devenir des "copines" et prendre partie. Il faut avoir en tête que plus tard,  ils pourraient regretter d'avoir dit des choses personnelles, ce qui compliquerait les relations futures. L'enfant, lui va être fragilisé et il aura encore plus besoin de sentiments de sécurité (repères, valorisation). Il faudra faire attention à lui. Pour résumer il faut se protéger et protéger la relation que l'on a avec le parent. 

Les parents eux, peuvent avoir besoin de transmettre un grand nombre d'informations lors de ces transmissions du matin. Ça les rassure. Ils vont apporter des éléments pour que l'enfant soit bien. Ils peuvent avoir beaucoup d'exigences. On doit les entendre, mais ça ne veut pas dire que tout doit être accepté. Par exemple, au sujet des siestes, si le parent veut qu'on réveille l'enfant, il est important d'essayer de cheminer vers une alliance avec lui dans l'intérêt de l'enfant. Ensemble on doit réfléchir à la problématique et on doit chercher ensemble une solution comme peut-être le coucher plus tôt.

Vous ne devez pas oublier que si un parent est très exigent voire vous fait beaucoup de reproches, c'est peut-être parce que vous représentez quelque chose d'intolérable pour lui : la séparation ! Il faudra alors faire preuve d'empathie : essayer de se mettre à la place de l'autre pour comprendre ce qu'il ressent (si j'étais à sa place comment je réagirais ?).

Les transmissions du soir :

Elles doivent prendre un peu plus de temps. 5 minutes suffisent mais il faut que ce soit du vrai temps. On ne doit pas oublier que ce que l'on va dire, l'enfant l'entend, même si c'est un bébé, donc on ne doit donc pas mentir en disant par exemple que tout s'est bien passé alors qu'il a hurlé une bonne partie de la journée. On lui renvoie l'image de ce qu'il a été dans la journée. Si vous ne lui renvoyez pas la bonne image, il pensera que vous n'avez rien compris. On devra plutôt, sans mentir, réussir à dire aussi ce qui a été positif dans la journée. 

D'ailleurs, comme cela renvoie aussi aux parents, l'image que l'on se fait de l'enfant, il  est important de trouver tous les jours, une chose positive à dire ainsi qu'une anecdote à raconter. Plus on raconte de détails, plus ça montre à l'enfant (ainsi qu'aux parents) que l'on a fait attention à lui et donc qu'il est important. On construit ainsi l'estime de soi. Ça donne aussi confiance aux parents et ça va les aider. Il ne faut pas se contenter de parler du corps de l'enfant (bien mangé, bien dormi, fait caca...). Nous ne "gardons" pas simplement les enfants, nous les aidons à se construire.

On peut aussi s'interroger sur la façon dont on dit les choses. Bien mangé, ça veut dire quoi ? Pour Miriam Rasse, bien manger c'est manger avec plaisir. Qu'importe si l'assiette a été ou n'a pas été finie.  

Il est important pour l'enfant qu'il se rende compte que l'assistante maternelle et les parents se parlent.

Ainsi s'achève ce compte rendu qui aurait certainement été un peu plus complet si je n'avais pas laissé passer autant de temps entre sa rédaction et la réunion. J'en profite pour vous rappeler que sur le site, il existe des fiches qui peuvent vous aider dans ces transmissions. 

Je vous avais présenté l'une d'elle ici : 
et la version 2015 arrivera très prochainement.

A bientôt ! 

Cet article a également été publié sur le blog "Pour un accueil à la Pikler" 

mardi 10 février 2015

Rencontre nationale des assistantes maternelles

L'association AAMADEL a le plaisir de vous informer qu'elle organise une rencontre nationale des assistantes maternelles le samedi 21 mars 2015 dans le Salon de l'hôtel de ville de Caluire, Place du Dr Frédéric Dugoujon 69300 CALUIRE

Le thème de la conférence est :

" La volonté politique peut-elle suffire à professionnaliser 
les assistantes maternelles et permettre une reconnaissance du métier 
dont le savoir est souvent discret et invisible."




Vous trouverez ci-dessous le programme détaillé ainsi que la fiche d'inscription à la rencontre :

http://professionassmat.free.fr/PROGAMME%20ASSMAT%20programme.pdf

http://professionassmat.free.fr/INSCRIPTION%20ASSMAT%20WEB-2.pdf

mardi 20 janvier 2015

Spécial Lyon : Cours d'apprentissage de massages du nourrisson

Pas trop le temps en ce moment, mais je prends quand même 5 minutes pour vous présenter le travail d'une assistante maternelle de la région lyonnaise qui organise des ateliers, des formations, des moments d'échanges et de partages entre les professionnels et les parents. 

Son premier atelier  est un cours d'apprentissage de massages du nourrisson avec Elisa Pinsard, instructrice en massages et sophrologue (http://www.pinsard-sophrologue.com/




Une réunion d'information aura lieu de 24 janvier 2015 de 14 h à 15 h à Vaulx en Velin-Village. 

Si vous voulez faire plus ample connaissance avec cette assistante maternelle qui voit la vie en rose, visitez son blog : 


samedi 10 janvier 2015

Etre ou ne pas être ?

Ne plus se poser la question ! Laisser cela à Shakespeare. 

Résister à la tentation d'écrire cet article qui me trotte dans la tête depuis mercredi mais qui n'aurait pour conséquence que de m'attirer des commentaires qui ne résoudraient pas le problème. 

Reprendre le cours de la vie, se remettre au boulot dans tous les domaines, oui ici aussi sur le blog. Finir ce compte rendu que je vous promets depuis novembre. 

Garder en tête que c'est par l'éducation seulement que l'on pourra lutter contre la barbarie. Militer encore et encore pour que la bientraitance et le respect soient à la base de cette éducation.  

Parler encore et encore de la chasse aux douces violences sans tomber dans l'excès (oui il existe des extrémistes même dans ce domaine). Faire de son mieux, vivre, aimer, partager.

Bonne année !