jeudi 29 mai 2014

Les coquelicots de la fête des mères : le making of



Je peux enfin vous présenter nos réalisations de la fête des mères 2014 !

Notre thème de cette année était le coquelicot. Nous avons réalisé ces oeuvres avec du matériel 100 % récup ! 

Heureusement que j'ai pensé à faire quelques photos de la réalisation pour les parents parce à voir comme ça, on pourrait croire que c'est moi qui ai tout fait ! Mais non, mais non : ces beaux coquelicots ont bien été créés par les trolls en personne ! 


Voila ce que l'on a utilisé : 

- un pot de dessert lacté
- du papier kraft récupéré dans des emballages de colis
- du papier de soie provenant d'emballages de bouquets de fleurs ou de cadeaux
- une tige en bois qui est en fait le reste d'un bâtonnet de sucre comme celui là 
- de la colle
- de la peinture verte et marron
- un feutre noir
- de la pâte à modeler qui avait déjà bien servie
- optionnellement un chouchou pour les cheveux, du papier récupéré dans le nid d'une poule en chocolat ...


Les différentes étapes : 

Pour ne pas trop les saouler mes trolls, on a fait ça en plusieurs ateliers :

1° Déchirage du papier à la main, encollage et application  sur le pot  en appuyant bien : 


Les enfants ont tout fait sans aide sauf le plus petit que j'ai aidé à positionner les papiers sur le pot. Il vivait une telle histoire d'amour avec son bâton de colle qu'il ne voulait pas le lâcher ! Je l'ai donc laissé vivre son histoire. Je me suis alors autorisée à rajouter autour du pot un chouchou à cheveux pour un rendu plus réaliste.

2° Application de la peinture verte sur le bâtonnet et de la peinture marron sur le pot  : 



3° Découpage des pétales dans le papier de soie, par Nounou, customisation du coeur de la fleur par les enfants au feutre noir et assemblage à la colle : 





4° Préparation et plantation de la fleur : 

On a rempli le pot avec de la pâte à modeler (pour corser l'affaire on a pris de la pâte à modeler jaune et bleue et on a fabriqué nous même notre vert). On a assemblé la fleur sur la tige en faisant un petit trou au centre et on l'a plantée dans la pâte. 

Vous remarquerez qu'un léger vent d'est soufflait sur la région lyonnaise ce jour là !




Dans l'un des pots, après séchage de la pâte à modeler, nous avons rajouté des serpentins de papier récupérés eux-aussi.



Et comme il n'était pas question que la petite crevette reparte sans cadeau pour sa maman, elle m'a prêté son pied pour que je réalise une petite carte sur le même thème : 







Le grand troll en crèche


Pourquoi c'est toujours quand j'ai beaucoup de choses à vous dire que mon ordinateur plante ! Hein ?

Bon bref, après une courte interruption de l'image et du son, me revoilà parmi vous ! Je pare au plus pressé d'abord pour vous signaler la prochaine réunion du groupe lyonnais de l'association Pikler qui se déroulera le jeudi 5 juin. Oui c'est tout de suite, là ! 

Elle aura pour thème : 

LES ENFANTS ACCUEILLIS EN CRÈCHE SUR LE TEMPS PÉRISCOLAIRE

Contenu

Le déroulement de la journée de l’enfant dans sa 4è année accueilli à la crèche, le mercredi et lors des vacances scolaires : les repères de personnes, d’espace et de temps, pour une autonomie partagée enfant-adulte.

Ces quelques notions seront aussi présentées : « l’enfant du jour », les activités à règles et « l’atelier ».

Exposé ; diaporama et vidéo ; questions-réponses avec les participants, en lien avec leurs pratiques

Intervenant(s) : 

Sylvie LAVERGNE - psychomotricienne
Durée : 1 jour
Date(s) : 5/06/2014
Lieu : Rhône Alpes
Tarif : 8 €

Gratuit pour les adhérents
Tarif individuel uniquement
Pas d'inscription préalable
Un reçu de paiement pourra être remis aux participants

la soirée se déroulera de 19h30 à 21h30 ( Accueil à partir de 19h00 ) au Collège Gilbert Dru, 42 Rue Jeanne Hachette, 69003 Lyon

Même si cela concerne particulièrement les crèches, mon petit doigt me dit que les assistantes maternelles pourraient être intéressées aussi, étant confrontées à la même situation. 


samedi 17 mai 2014

Gestion des conflits chez les trolls : la phrase magique !

Aujourd'hui je vais vous parler de la résolution de conflits chez les petits. Et quand je parle conflits je veux bien entendu parler de cette prise de bec qui arrive entre deux enfants lorsque ceux-ci convoitent le même "obscur objet du désir" : à savoir le jouet que l'autre vient justement de prendre dans les mains.

C'est comme ça, on n'y peut rien, c'est à croire que les enfants sont programmés pour expérimenter l'adage "l'herbe est toujours plus verte ailleurs" ! En réalité la plupart du temps c'est de l'appropriation du plaisir de l'autre dont il est question, mais ce n'est pas la question du jour. La question du jour c'est comment on s'en sort ! 

Pour ça, je vais vous raconter une anecdote personnelle. Ce jour là, deux petits trolls de 2 ans et demi et 4 ans tout juste se disputaient pour le gros cube d'activités en mousse que j'avais acheté chez Hop'toys, cube d'activités qui soit dit en passant, sert à beaucoup plus de choses que prévues au départ ! Le ton monte : Nounou j'l'avais avant !! Habituellement, et parce que dans ce cas là, je suis plutôt partisane de la non-intervention, je responsabilise l'enfant en lui disant qu'il est grand et que je lui fait donc confiance pour arriver à résoudre le problème. Parfois ça marche..... parfois ! 

Lorsque les enfants sont plus petits je propose un autre jeu similaire au deuxième protagoniste. Ce jour là, j'ai eu un éclair de génie ! Un truc tout simple : j'ai tout simplement dit au plus grand (celui qui demandait de l'aide) : Ta copine, elle a très envie de jouer aussi. Réfléchissons, qu'est-ce que tu pourrais faire pour pouvoir jouer quand même ? Et là, à ma grande surprise il m'a dit : "Ben on pourrait jouer à le porter tous les deux ensemble ! Et les voila partis, tous les deux, sourires aux lèvres, portant ce gros cube chacun d'un côté à la manière de deux déménageurs ! Il n'était plus question de conflit, mais d'entre-aide : ils s'amusaient ensemble avec le même jeu. Très vite le jeu a évolué : ils se sont amusés à tirer chacun à leur tour, l'autre abandonnant toute résistance pour se laisser emporter par la force de l'autre. Puis ils sont partis vaquer à d'autres occupations chacun de leur côté, content de leur petit moment de complicité. 

Alors bien sûr, je sais que cet instant de grâce ne se reproduira peut-être pas à chaque fois, qu'il faudra encore avoir d'autres éclairs de génie, différents, pour résoudre d'autres conflits, mais quand même, ça marche ! C'est indéniable ! 

Pour illustrer cet article j'ai été prendre telle une délinquante du web, une photo que j'ai trouvée sur un site canadien (encore ! ) à l'aide de Google "Images". Par le plus grand des hasards, il se trouve que l'article associé traite du même problème.  


Je vous propose de le lire. Il traite de la résolution des conflits chez les 0/5 ans. Il donne de bonnes pistes avec lesquelles je suis tout à fait d'accord (il propose d'ailleurs la solution que je vous livre là) à l'exception peut-être de ce que l'auteur dit pour la résolution de conflit chez les 12/18 mois dans l'étape 6 à savoir : 

"ÉTAPE 6 : N’oubliez pas qu’à cet âge l’enfant a besoin de modèle concret.Exemple : Si l’enfant tire les cheveux d’un autre enfant, approchez-vous doucement, ouvrez sa petite main et plongez-la dans la chevelure de l’autre tout en lui disant « C’est doux… » etc."

Là, je ne sais pas si je comprends bien mais il s'agirait de prendre la main de l'agresseur pour lui faire caresser les cheveux de l'agressé ? Mouais, franchement, je ne suis pas convaincue. Déjà, un enfant qui tire les cheveux d'un autre, je ne suis pas sûre que l'instant d'après il va accepter de vous donner sa main facilement. Alors on fait quoi : on le force ? Quand à l'agressé, aura-t-il bien envie que celui qui vient de lui faire mal s'approche de lui à nouveau ? Ça me fait penser aux gens qui forcent les enfants à demander pardon en allant faire un bisou à ceux qu'ils ont agressés. Franchement, je recevrais une rouste d'un individu, je n'aurais pas envie l'instant d'après qu'il vienne me lécher la pomme ! Il me semble qu'il est plus convenable de respecter un minimum de temps après l'incident pour proposer ce genre de chose. Mais dans l'esprit de l'auteur de l'article cette proposition était peut-être à dissocier de la bagarre et dans ce cas j'aurais mal interprété...

Bref, si je mets ce petit paragraphe à part, je trouve que l'article est intéressant à lire et à relire de temps en temps pour se remémorer les bases de la résolution de conflits

Et vous, vous faites comment ?