lundi 28 mars 2011

Les "incontournables" : la couverture

Ce matin, j’ai un troll qui est arrivé dans un état …. Heu…. Comment vous expliquer ça ? Disons qu’au début j’ai cru qu’il chantonnait... un truc du style « bateau sur l’eau, la rivière na na na na » Un truc un peu lancinant quoi ! Et en fait, il ne chantait pas le troll : il grognassait sans avoir pour autant la force de s’énerver.

Impossible donc de partir sur une journée normale censée commencer par une petite séance d’activité libre. Il a fallu piocher dans les valeurs sûres des activités !! Les jeux qui ne demandent ni force physique (enfin pour l’enfant du moins) ni concentration, ni compétence particulière. J’ai nommé LA COUVERTURE !!

C’est fou ce que ce simple objet de la vie courante peut recéler d’idées différentes pour occuper les petits de la naissance à la maternelle (et plus si affinités).

Pour que mon petit chanteur oublie sa mélopée, je l’ai tout simplement installé sur la couverture (assis d’abord, puis couché pour varier les plaisirs) et je l’ai traîné dans l’appartement tout en chantant des comptines. On a visité toutes les pièces, son sourire en disait long sur sa satisfaction !! J’ai réalisé cette petite ballade dans le calme et sans changement de rythme, le troll n’étant pas dans une forme olympique, mais rien n’empêche de procéder de façon plus ludique et plus sportive en variant l’intensité, la vitesse, les changements de direction tout en prenant garde à ce que l’activité reste sans danger et ne soit pas source d’une trop grande excitation. On peut même, si on n’a pas trop mal au dos, transformer la couverture en véritable navire où on embarque tous les enfants de la maison (bon si vous travaillez dans une crèche, je ne vous le conseille pas quand même).

En ce qui concerne ma matinée, on s’est arrêté là. Ça l’a rendu tellement zen, qu’il a fini par prendre la direction du dodo, ce qui m’a permis de vous écrire cette petite bafouille !

Mais ceci ne représente pas la seule ressource de cet objet.  Une couverture ça sert à tout dans la maison. On peut cacher des objets dessous ; l’enfant selon l’âge peut jouer à se cacher, à s’enrouler, à la plier….  On peut ainsi organiser un petit jeu où les enfants se promènent au rythme de la musique et doivent aller se cacher sous les couvertures que vous avez installées au sol, dès que la musique s’arrête.

Si vous avez un autre adulte sous la main, on peut aussi s’amuser à balancer l’enfant. Il y a d’ailleurs plusieurs variantes à cette activité. On peut installer l’enfant comme sur  la photo si dessous et le balancer comme si il se trouvait sur une balançoire ou un hamac.



On peut aussi transformer l’activité en véritable soin thérapeutique avec des enfants très énervés, en proie à des crises ou visiblement anxieux. Le but là, ne sera pas de stimuler l’enfant ou de l’amuser, mais de le calmer en essayant de reproduire les sensations qu’il avait avant sa naissance dans l’utérus de sa mère. Pour cela, on procédera de la même manière mais on prendra soin de replier la couverture afin que l’enfant soit isolé du monde extérieur et bénéficie de l’obscurité et de la chaleur de la couverture ainsi transformée en nid douillet. Si je parle de soin thérapeutique c’est parce que ce balancement que j’avais l’habitude de pratiquer au relais est aussi utilisé dans des établissements de santé comme par exemple à l’unité de psychopathologie périnatale de l’hôpital Natecia à Lyon pour soigner les troubles du comportement des bébés.

Pour finir je dois vous signaler que les images sont toutes tirées du livre Jouer avec votre Bébé aux éditions Broquet dont je vous reparlerai sûrement un de ces jours. 

samedi 12 mars 2011

L’éveil sonore avec du papier !

Cette activité, on me l’avait présentée dans le module « Musique » de ma formation d’assistante maternelle et elle m’avait bien branchée !! Je l’avais testée sur mes demi-pensionnaires de l’époque qui l'avaient beaucoup aimée aussi. Et pourtant, je ne sais pas pourquoi je l’avais complètement oubliée. Il a fallu un article dans Assistante Maternelle Magazine du mois de Mars pour me la remémorer.

En effet, à l’intérieur de ce magazine, dans un cahier détachable d’activités de manipulation, je suis tombée sur une proposition de jeu avec des feuilles de papier. Il s’agit de mettre à disposition des enfants des feuilles de papier de différentes sortes et de les laisser manipuler. L’activité que je vais vous présenter est très similaire, sauf que nous, ce qui nous intéresse dans l’affaire c’est le bruit, voire même la « musique », n’ayons pas peur des mots, que nous allons pouvoir réaliser avec ces feuilles de papier.

Nous allons donc nous installer, tranquillement assis par terre ou autour d’une table et prendre chacun une feuille de papier (format A4 tout bête, oui les feuilles que vous avez dans l’imprimante ça va très bien !!). L’opération « bruitage » peut alors commencer.

On débute tout doucement en frottant la feuille sur la table ou sur le sol. On imite alors le bruit du vent (ben si, essayez vous verrez). On bouge la feuille dans tous les sens, et c’est alors les vagues que l’on entend. On la maltraite de plus en plus et notre petit vent se transforme en un gros orage avec le tonnerre qui claque dans les oreilles. Les enfants sont ravis de faire le plus de bruit possible avec leur feuille. La frénésie est alors à son paroxysme !! Pour ne pas que l’activité se termine avec des trolls trop excités, il convient que l’orage se calme.

On termine alors l'activité en formant une boule avec la feuille (toujours en essayant de faire du bruit). On va transformer cette boule en petite souris en prenant soin de laisser un coin de la feuille libre pour former une petite queue. On termine l’activité en chantant le plus doucement possible la comptine "une souris verte" pour que le calme revienne, en attrapant la souris par la queue comme il se doit !

(Mais dis donc toi, si je te dis que c'est une souris, c'est une souris !! Un peu d'imagination Que Diable!!)

Selon l’âge des enfants, il se peut qu’ils ne soient pas encore capables d’effectuer la dernière manipulation sur la feuille (alors que jusque là, tout était accessible dès le plus jeune âge). N’arrêtez pas l’activité pour autant, mais attendez-vous à devoir fabriquer après coup, autant de « petites souris » que vous avez de participants.

Tiens, puisqu’on parle de la souris verte je vais finir cet article en vous présentant cet ouvrage.
(plus de précisions sur le livre ici)

Il vous montre la comptine sous un jour nouveau. Ce n’est plus une mais trois souris dont nous suivons les péripéties. Ça change un peu !! Et surtout, ils leur arrivent des aventures que je ne connaissais même pas. Les petites crottes dans la culotte, je maîtrisais forcément (en général c’est le passage préféré des enfants) mais vous saviez vous que la souris verte quand on la met dans notre grande bouche, elle nous dit « Eh Oh pas touche » ? Pas moi !!